Michel Harvey

Né à Québec en 1951 Michel Harvey quitte la capitale à l'âge de 20 ans. À Montréal où il s'est installé il suit l'enseignement en art à l'université du Québec. Pendant plusieurs années il utilise l'argile comme matière première. Depuis deux ans , c'est avec passion qu'il produit des oeuvres d'art qui ne laissent personne indifférent.

Les rebuts sont la matière première. Mais pas n'importe laquelle sorte de rebuts: il utilise que les rebuts trouvés dans la rue  sur le bord du trottoir. Il sont ramassés, triés par couleur et ensuite utilisés selon le besoin. Tout le tableau est constitué de récupération: le support est fait de bois récupéré et la peinture de fond provient aussi de rebuts. Une fois le tableau complété, l'oeuvre est recouverte d'une résine transparente qui assure sa protection et évite le rejet de l'acquéreur. Les vidange des uns font le bonheur des autres. 

On peut situer la démarche de Michel Harvey entre Achimboldo qui utilise des fruits et des légumes au sens figuré pour en faire des portraits et Edward Burtynsky qui photographie les centres de récupération et les ordures laissées pour compte dans la nature. Les photos de Burtynsky souvent nous dérangent en même temps qu'elles nous révèlent une beauté insoupçonnée. Loin d'être statique les oeuvres de Michel Harvey deviennent une source de discussion. Par la thématique elles ne laissent personne indifférent et par la plasticité elles invitent le spectateur à la recherche de quelque chose qu'il connait où qu'il a déjà vue. Elles peuvent même le mettre en situation où il doute : il a peut-être lui même jeté de ces ordures à la rue, ce qui fait de lui à la fois l'heureux participant à cette oeuvre et à la fois le négligent qui jette ses déchets à la rue qui sait?

Vendu